FP2020 IN DANS LES PAYS

CRÉER UN ENVIRONNEMENT FAVORABLE

Les programmes de planification familiale doivent bénéficier d’un soutien politique pour être efficaces. Les politiques, les lois, les règlements des gouvernements et les priorités de financement peuvent aider ou freiner la prestation de services de planification familiale. Souvent, les obstacles à l’accès aux services de planification familiale s’expliquent par des politiques désuètes ou contradictoires qui devront être revues pour progresser au niveau des objectifs FP2020 du pays. Les partenaires de développement travaillent avec les défenseurs, les exécutants et les gouvernements sur ce domaine d’activité cruciale depuis des décennies et ces efforts essentiels continuent.

Les politiques de soutien garantissent que la planification familiale est en tête de l’ordre du jour national, que des ressources financières adéquates sont allouées, que les droits reproductifs individuels sont respectés et protégés, que les lignes directrices cliniques sont à jour et appropriées. On retrouve également en tant qu’aspect moins officiel, mais tout aussi important, la volonté politique : l’engagement d’individus à des positions d’autorité pour permettre et encourager les progrès au niveau de la planification familiale.

ÉTUDE DE CAS: MAURITANIE

La Mauritanie est un membre du Partenariat de Ouagadougou (PO), et jusqu’à cette année, il s’agissait du seul pays du PO sans loi soutenant l’accès à la planification familiale. Dans ces circonstances, il était difficile pour le gouvernement de respecter ses engagements envers FP2020 et le PO, et cela a créé des difficultés au niveau des accords internationaux sur les droits reproductifs signés par le pays.

Plus tôt cette année, l’adoption de la toute première loi sur la santé reproductive de la Mauritanie, qui représente l’aboutissement d’une campagne de dix ans par les défenseurs des droits reproductifs, a mis fin à cette situation. Cette nouvelle loi reconnaît la santé reproductive et la planification familiale comme des droits universels garantis par la constitution mauritanienne. Elle interdit également toute forme de violence contre les femmes, y compris la mutilation génitale féminine.

L’opérationnalisation de la nouvelle loi avance rapidement. En septembre, le ministère de la Santé a donné l’ordre à tous les établissements de santé, publics et privés, d’offrir à toutes les femmes la gamme complète des méthodes de contraception afin de garantir un choix libre et éclairé. La planification familiale du post-partum a été ajoutée aux normes réglementaires du gouvernement et les professionnels de la santé sont tenus de la proposer dès la première consultation prénatale.

ÉTUDE DE CAS: PAKISTAN

Lorsque le Pakistan s’est engagé envers FP2020 lors du Sommet de Londres de 2012, il venait de s’engager dans une révision en profondeur de son système fédéral. Le ministère de la Santé a été aboli et la responsabilité des politiques, du financement et des programmes liés à la santé incombent désormais aux quatre provinces. Cette décision a été prise dans le cadre du passage d’un État centralisé à un système caractérisé par une grande autonomie provinciale.

Cinq ans plus tard, le processus de décentralisation est arrivé à maturité et s’est stabilisé, en grande partie grâce à une volonté politique positive et à une excellente coopération entre les ministères et les provinces. L’engagement initial FP2020 s’est transformé en objectifs provinciaux et chaque province a assumé la responsabilité de sa stratégie FP2020. Le ministère de la Santé fédéral a été reconstitué en tant qu’organe de coordination, favorisant l’harmonisation et la synergie dans toutes les provinces.

Lors du Sommet de la planification familiale 2017, le Pakistan a présenté son engagement renouvelé envers FP2020 en tant qu’engagement collectif de la part du gouvernement fédéral et des quatre provinces. Des délégations de haut niveau de chaque province étaient présentes au Sommet et les Premiers ministres provinciaux se sont engagés à suivre personnellement les progrès quant à leurs objectifs FP2020.

ÉTUDE DE CAS: MADAGASCAR

Madagascar a hérité d’une loi nataliste de la période coloniale française qui interdit toute promotion de la contraception. Cette loi, qui remonte à 1920, constitue un anachronisme qui va à l’encontre de l’engagement de Madagascar de renforcer et d’étendre son programme de planification familiale. L’année dernière, le gouvernement malgache et ses partenaires ont élaboré un projet de loi visant à remplacer la loi existante et à faire de l’accès aux services de santé reproductive un droit universel. Le projet de loi a éliminé un certain nombre d’obstacles législatifs, mais n’a toutefois pas encore été adopté. Dans l’intervalle, Madagascar a poursuivi son programme de planification familiale. En septembre dernier, le pays a célébré la Semaine nationale de la planification familiale, un examen effectué durant plusieurs jours du programme et des politiques nationales en matière de planification familiale. Cette semaine a été couronnée par le lancement du tout premier plan d’action national budgétisé en planification familiale à Madagascar. Le Plan d’action national budgétisé en planification familiale à Madagascar 2016-2020 est une feuille de route quinquennale conçue pour améliorer l’accès volontaire et l’utilisation des méthodes modernes de contraception par les femmes et les filles qui souhaitent contrôler si, quand et à quelle fréquence elles veulent concevoir. Ce lancement représente une victoire pour le Ministère de la Santé publique de Madagascar et souligne l’engagement du gouvernement malgache d’agir en ce domaine.

DR JUNICE MELGAR

Aux Philippines, la prise de contraceptifs par les femmes est freinée par les politiques et les programmes de PF qui les forcent à utiliser des contraceptifs ou les empêche d’y avoir accès en raison d’interdictions arbitraires d’ordre juridique et culturel. En réalité, les femmes philippines veulent et ont besoin d’une gamme de contraceptifs efficaces proposés dans le cadre de programmes qui tiennent compte de leurs réalités et leurs perspectives. FP2020 joue un rôle actif pour assurer que ces réalités sont intégrées dans un programme de PF qui permet aux femmes de prendre leurs propres décisions.

DR JUNICE MELGAR
Directrice exécutive,
Likhaan
Women’s Health
Manille, Philippines

Edit