FP2020 ET PARTENAIRES MONDIAUX

LE SOMMET DE LA PLANIFICATION FAMILIALE VERS UN AVENIR PLUS SÛR, PLUS SAIN ET EN TOUTE AUTONOMIE

Le Sommet de la planification familiale vers un avenir plus sûr, plus sain et en toute autonomie s’est tenu à Londres le 11 juillet 2017, le 5e anniversaire du Sommet de Londres de 2012, qui a lancé FP2020. Coanimé par le gouvernement britannique, l’UNFPA et la Fondation Bill & Melinda Gates, et en étroite collaboration avec le Secrétariat FP2020, le Sommet était un moment de solidarité, de célébration et de renouveau pour l’ensemble de la communauté FP2020. Parallèlement au Sommet de Londres, plus de 3 000 personnes ont participé aux 34 événements satellites en Afghanistan, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, en Éthiopie, au Ghana, en Inde, en Indonésie, en Iran, au Kenya, au Libéria, à Madagascar, au Malawi, au Myanmar, au Népal, au Nigéria, en Ouganda, au Pakistan, en République démocratique du Congo, en Sierra Leone, en Tanzanie et en Thaïlande.

OBTENIR DE PLUS

Consultez le site Web du Sommet sur : summit2017.familyplanning2020.org

Le Sommet a été organisé autour de six thèmes majeurs :

  • Les adolescents et les jeunes
  • Les contextes de crise humanitaire
  • Le choix entre les méthodes de contraception
  • Le renforcement de la chaîne d’approvisionnement
  • Les solutions de financement
  • Les réseaux du secteur privé

Chaque thème faisait l’objet d’une collaboration intense jusqu’au Sommet et pendant celui-ci et se traduisait par de nombreux engagements, appels à l’action, notes sur des résultats probants, commentaires techniques, événements parallèles et sessions sur des sujets essentiels. Les onze Global Goods ont été annoncés (voir encadré), chacun étant relié à l’un des thèmes principaux du Sommet.

GLOBAL GOODS

Le Sommet était l’occasion d’annoncer les 11 Global Goods : un ensemble divers d’initiatives collectives menées dans le secteur de la santé reproductive, qui impliquent diverses associations de gouvernements, de donateurs, d’organisations et d’agences multilatérales. Chaque Global Good est d’une importance vitale pour la communauté de la planification familiale et a été souligné lors du Sommet. Les Global Goods sont présentés à travers ce rapport :

Cadre de responsabilisation des jeunes
Déclaration sur les données mondiales relatives aux adolescents
Partenariat visant à renforcer la capacité des pays
Dispositif minimum d’urgence (DMU)
Plan d’action mondial pour l’amélioration des données, du suivi et de la responsabilisation en matière de planification familiale et de santé sexuelle et reproductive en contexte de crise
Collaboration pour DMPA SubQ
Visibility Analytics Network (VAN) mondial
VAN nationaux
Adoption des normes mondiales relatives aux données (GS1)
Mécanisme de financement transitoire pour l’UNFPA Supplies
Voies vers un financement national durable pour la planification familiale/SDSR

Au total, 74 preneurs d’engagement ont proposé des engagements nouveaux et renouvelés, y compris 25 nouveaux partenaires prenant des engagements FP2020 pour la première fois :

  • des pays cibles de FP2020, 3 ont pris un nouvel engagement et 33 ont renouvelé un engagement ;
  • des pays donateurs, 3 ont pris un nouvel engagement et 8 ont renouvelé un engagement ;
  • des organisations de la société civile, 6 ont pris un nouvel engagement et 3 ont renouvelé un engagement ;
  • des partenaires du secteur privé, 13 ont pris un nouvel engagement et 3 ont renouvelé un engagement, et ;
  • 2 fondations ont renouvelé un engagement.

Des résumés de tous les engagements sont disponibles sur le site Web du Sommet, ainsi que les appels à l’action liés, les publications rédigées pour le Sommet et la couverture des événements.

Les résultats et les engagements ne sont qu’un début. Le Sommet a servi de lieu de rassemblement pour des conversations cruciales sur le renforcement du cadre de la planification familiale, l’accélération des progrès au niveau des objectifs FP2020 et la création d’un avenir meilleur pour toutes les femmes et les jeunes filles. Les résultats permettront de faire avancer la communauté de la planification familiale pour des décennies.

LES CONTEXTES DE CRISE HUMANITAIRE

Un objectif important du Sommet était de mobiliser l’attention mondiale sur les besoins en planification familiale des femmes et des jeunes filles touchées par les crises. Plus de 32 millions de femmes et de jeunes filles en âge d’avoir des enfants dans le monde ont un besoin criant d’aide humanitaire. Des millions d’entre elles ont été forcées de quitter leur foyer en raison de violences et de persécutions, tandis que des millions d’autres fuient des catastrophes naturelles, la sécheresse et la famine. Pour les femmes et les jeunes filles qui vivent dans des camps de réfugiés et en zones en crise, la contraception moderne est une intervention essentielle et vitale.

L’accès à la contraception est souvent ignoré lors de la définition des priorités dans les interventions en situation d’urgence, mais en réalité, la nécessité des services et des produits de planification familiale est plus forte encore dans les situations d’urgence. Les femmes et les jeunes filles affectées par des conflits armés et des catastrophes naturelles courent un risque accru de violence sexuelle et de grossesse non désirée. Les accouchements sont à haut risque : le taux de mortalité et de blessure chez les mères dans les zones de crise est presque deux fois plus élevé que la moyenne mondiale. La mise à disposition d’une contraception volontaire dans ces contextes n’est pas une simple option, c’est une nécessité.

Alors que des millions de femmes et de jeunes filles vivent dans des situations de crise, les engagements FP2020 et les principes fondés sur les droits ne peuvent pas être réalisés sans effort volontaire pour toucher ces populations vulnérables. Vingt et un partenaires FP2020 ont pris des engagements lors du Sommet dans le but de fournir des services vitaux de planification familiale aux femmes et aux jeunes filles vivant dans des situations de crise humanitaire et aux populations les plus difficiles à atteindre. Trois Global Goods ont été annoncés :

GLOBAL GOOD: Dispositif minimum d’urgence (DMU)

Le Dispositif minimum d’urgence (DMU) est la norme internationale en matière de soins de santé reproductive en contexte de crise, développée et approuvée au cours des deux dernières décennies par la communauté humanitaire internationale. Le DMU définit un ensemble d’activités prioritaires de sauvetage qui doivent être déployées dès le début de chaque crise humanitaire, dans l’objectif de garantir la coordination et le leadership efficaces en réponse aux crises, de prévenir et d’administrer les conséquences de la violence sexuelle, de réduire la transmission du VIH, de prévenir la surmorbidité et la surmortalité maternelles et néonatales, et de planifier des soins de santé sexuelle et reproductive complets lorsque la situation le permet. L’UNFPA est le gardien des kits de santé reproductive, qui sont essentiels au DMU, et garantit que les kits sont disponibles à tous les acteurs dans différents contextes humanitaires du monde entier.

Une version mise à jour du DMU, avec un nouvel objectif spécifique de prévention des grossesses non désirées, a été annoncée lors du Sommet. Le DMU révisé a été lancé lors de la 17e réunion annuelle du Groupe de travail interorganisations sur la santé reproductive en situation de crise (IAWG) qui s’est tenue à Athènes, en Grèce, en novembre 2017.

Pour en savoir plus sur le Dispositif minimum d’urgence, consultez : iawg.net/minimum-initial-service-package

GLOBAL GOOD : Plan d’action mondial pour l’amélioration des données, du suivi et de la responsabilisation en matière de planification familiale et de santé sexuelle et reproductive en contexte de crise

La communauté mondiale doit améliorer notre capacité à faire plus pour les femmes et les jeunes filles en situation de crise, et nous devons être à la hauteur de nos responsabilités. Le Plan d’action mondial pour l’amélioration des données, du suivi et de la responsabilisation en matière de planification familiale et de santé sexuelle et reproductive en situation de crise répondra au manque d’informations à l’origine de l’incapacité à apporter de l’aide à ces femmes particulièrement vulnérables. Cette initiative qui change la donne signifie que d’ici 2019, nous aurons plus de résultats probants sur les méthodes qui fonctionnent dans ces contextes, et nous serons en mesure de rassembler des données vitales pour permettre de meilleurs résultats pour les femmes et les jeunes filles.

Le Plan d’action définit un processus inclusif pour le développement d’un cadre mondial de données, de suivi et de responsabilisation d’ici 2019, et pour le soutien de la mise en œuvre de ce cadre une fois développé. Le processus inclura la consultation des secteurs humanitaire et du développement, l’examen des données et mécanismes existants, le développement d’outils et de méthodologies à utiliser en contexte de crise humanitaire, la sélection d’un ensemble d’indicateurs principaux, et l’accord sur des mécanismes de communication de l’information.

Pour en savoir plus sur le Plan d’action mondial, consultez : summit2017.familyplanning2020.org/humanitarian-accountability-roadmap

INITIATIVES DE FINANCEMENT DES DONATEURS

Le Sommet était marqué par l’annonce de deux nouvelles initiatives menées par les donateurs pour répondre aux difficultés de financement persistantes dans le secteur de la planification familiale :

GLOBAL GOOD: Mécanisme de financement transitoire pour l’UNFPA Supplies

En tant que premier fournisseur mondial de contraceptifs donnés, l’UNFPA Supplies s’engage à fournir aux pays les produits de planification familiale dont ils ont besoin de manière aussi efficace que possible. Cependant, conformément aux règlements de l’ONU, l’UNFPA Supplies ne peut fournir des produits de planification familiale qu’avec les avoirs en caisse, mais le moment des décaissements des fonds des donateurs ne correspond pas toujours aux demandes de produits de la part des pays. Cela signifie que les commandes de contraceptifs ne peuvent être placées qu’après réception des financements des donateurs, ce qui entraîne des commandes retardées, des prix plus élevés, et, dans le pire des cas, des pénuries et des ruptures de stock au niveau communautaire.

C’est pourquoi l’UNFPA Supplies travaille avec la Fondation Bill & Melinda Gates et le DFID au développement d’un Mécanisme de financement transitoire. Le Mécanisme de financement transitoire proposé reposerait sur une réserve de financement renouvelable pouvant atteindre 80 millions USD, que l’UNFPA Supplies pourrait utiliser afin de passer les commandes de produits et répondre aux besoins des pays. La réserve serait réalimentée par les versements promis par les donateurs, plus tard dans l’année.

Il est prévu que le Mécanisme de financement transitoire accélère le processus d’approvisionnement, réduise le coût des produits et réduise finalement jusqu’à 50 % les ruptures de stock de produits achetés par l’UNFPA, ce qui permettrait d’engendrer de meilleurs résultats pour les pays concernés, les donateurs ainsi que les femmes et les familles qu’ils servent.

GLOBAL GOOD: Voies vers un financement national durable pour la planification familiale/SDSR

Le DFID, Affaires mondiales Canada et la Fondation Bill & Melinda Gates investiront collectivement 90 millions USD dans des mécanismes qui permettent un financement national durable de la planification familiale. Le DFID et Affaires mondiales Canada investiront par l’intermédiaire du Mécanisme de financement mondial (GFF) afin d’accélérer les efforts en vue d’obtenir des résultats en matière de santé sexuelle et reproductive, notamment en matière de planification familiale. La Fondation Bill & Melinda Gates, qui investit également dans le GFF, apportera un financement supplémentaire et complémentaire afin d’appuyer l’assistance technique dans les pays, en vue d’élargir l’impact des investissements du DFID et d’Affaires mondiales Canada.

Photos, left to to right: Priti Patel, Secrétaire d’État au Développement international, Gouvernement du Royaume-Uni Dr Natalia Kanem, Directrice exécutive, Fonds des Nations unies pour la population Bottom photo: See full list here 19

ENGAGEMENTS FINANCIERS

Au total, 43 partenaires ont annoncé des engagements financiers spécifiques et quantifiables lors du Sommet, y compris 17 pays FP2020, 14 donateurs, 7 organisations de la société civile et 5 partenaires du secteur privé. Depuis lors, le Secrétariat FP2020 et les partenaires ont travaillé avec les gouvernements, les points focaux FP2020 et les partenaires nationaux pour mieux comprendre ces engagements et les replacer dans leur contexte.

PAYS FP2020 : La mobilisation des ressources nationales pour la planification familiale est vitale pour la durabilité à long terme des services de PF, et 17 pays FP2020 ont pris des engagements de financements nationaux lors du Sommet. Ces promesses atteignent environ 3,8 milliards USD et marquent un engagement croissant des pays à financer leurs propres programmes. Par exemple :

  • Le Sénégal s’est engagé à augmenter le montant de son budget intérieur consacré à l’achat de contraceptifs pour le faire passer de 300 millions à 500 millions de francs CFA de l’Afrique de l’Ouest d’ici 2020.
  • Le Bangladesh s’est engagé à mobiliser 615 millions USD de son budget de développement au programme de planification familiale mis en œuvre par la Directorate General of Family Planning (Direction générale de la planification familiale) dans le cadre de son 4e Health, Population and Nutrition Sector Program (Programme du secteur de l’alimentation, de la population et de la santé ; 2017–2021). Il s’agit d’une augmentation de 67 % par rapport au montant consacré à la planification familiale alors décrit dans le 3e Programme (2012–2016).
  • L'Indonésie ia augmenté le montant total du budget accordé à la planification familiale pour atteindre 1,6 milliard USD au cours de la période 2015–2019. Il s’agit d’une augmentation de près du double du montant du budget alloué, passant en effet de 255 millions USD en 2015 à 458 millions USD en 2019. Une aide financière supplémentaire pour les programmes de santé, dont la planification familiale, sera accordée aux gouvernements locaux à hauteur de 1,7 milliard USD par an. L’Indonésie s’est également engagée à maintenir une augmentation continue dans son Fonds opérationnel pour la planification familiale de 2018 à 2020, pour passer de 136 millions USD à 174 millions USD.

La plupart des financements intérieurs promis lors du Sommet (96 %) proviennent de trois pays : le Bangladesh, l’Inde et l’Indonésie. Il existe toujours des défis globaux au niveau du suivi des dépenses domestiques en planification familiale (Voir ici), mais des efforts sont en cours par l’UNFPA, l’OMS et d’autres pour obtenir des chiffres validés en 2018. Ils permettront d’avoir une meilleure transparence et responsabilisation alors que les pays respectent leurs engagements de financement intérieur.

DONATEURS : Pendant le Sommet, un total de 2,6 milliards USD a été promis par 14 donateurs, dont quatre nouveaux preneurs d’engagement : le Canada, la Belgique, la Finlande et l’Islande. Une hausse des engagements financiers a également été annoncée par l’Australie, la Commission européenne, le Danemark, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède, ainsi que par la Bill & Melinda Gates Foundation et la Children’s Investment Fund Foundation. À ce stade, on estime qu’environ 1,25 milliard USD de ces montants représente de « nouveaux financements » qui ont été promis en plus des dépenses de base existantes. Il s’agit d’environ 400 millions USD par an jusqu’en 2020.

ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE : Cinq OSC ont annoncé des engagements financiers représentant au total environ 64 millions USD. De ce montant, 6 millions USD provenaient d’un nouveau preneur d’engagement, Comic Relief, qui n’est pas financé par des donateurs.

PARTENAIRES DU SECTEUR PRIVÉ: Sept nouveaux partenaires du secteur privé ont pris des engagements financiers représentant au total environ 19 millions USD, avec des investissements dans les programmes de santé sur le lieu de travail, la diffusion médiatique et les services aux clients et à la communauté.

MINISTRE ALEXANDER DE CROO

Je suis convaincu que le changement est possible. Au cours des dernières décennies, nous avons fait d’excellents progrès en matière de santé sexuelle et reproductive. Nous devons être fiers de ces progrès. [Mais] il existe encore trop d’endroits dans le monde qui ont besoin d’investissements, et souvent nous ne les connaissons même pas. Si nous rassemblons toutes ces idées, c.-à-d., nous devons tous êtres féministes, nous devons tous promettre des financements et nous devons tous utiliser la technologie nécessaire pour que ces derniers soient accordés dans les zones qui en ont besoin, en plus d’être féministe, je serai également optimiste.

MINISTRE ALEXANDER DE CROO
Remarques formulées lors du Sommet de la planification familiale tenu à Londres le 11 juillet 2017
Vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au Développement, Agenda numérique, Télécommunications et de la Poste
Royaume de Belgique

Edit